Instant Critique
Accueil » Actualités » Sport » Antoine Vayer, le dernier Festina contre le Tour
Sport

Antoine Vayer, le dernier Festina contre le Tour

L’ancien entraîneur de l’équipe cycliste Festina, Antoine Vayer, prétend pouvoir dénoncer le dopage dans le cyclisme professionnel actuel grâce à un certain nombre de « preuves » dont des « études scientifiques ». Mais ses chroniques et ses relations journalistiques n’ont jamais rien démontré concrètement au-delà de quelques suspicions parfois étayées mais par d’autres, comme concernant Lance Armstrong. L’homme est décrié pour ses propres zones d’ombre vis-à-vis du dopage, ses mesures de Watts effectuées à travers un écran, ses affirmations et ses insinuations dénuées de preuves, sa rhétorique complotiste et son humour particulier. Pourtant, malgré un renvoi récent de l’Humanité pour une chronique et un dessin jugés contraires aux valeurs du journal, il continue à bénéficier d’un soutien actif de la part d’une partie de la presse sportive qui partage certaines « questions ».

Cet article se base sur de nombreux articles relatifs au cyclisme, sur la lecture de plusieurs livres d’Antoine Vayer, de son magazine La Preuve par 21, de ses chroniques sur son blog et dans plusieurs journaux et enfin beaucoup de son compte twitter personnel Festinaboy ou il est très actif. Des déclarations publiques et assumées, le plus souvent accessibles facilement.

L’homme derrière Festinaboy

Antoine Vayer, ex coureur amateur des années 80 et devenu prof d’EPS  et a travaillé pour l’équipe Festina de 1995 à 1998, pour améliorer les Contre-la-montres. Durant son passage, de nombreux coureurs de l’équipe non spécialistes de ce type de course ont pu rivaliser avec de vrais spécialistes. Après les révélations de dopage généralisé dans son équipe, il utilise l’absence de charges contre lui et son coureur Christophe Bassons comme preuves qu’ils représentent le « cyclisme propre » même si d’autres coureurs qu’il a entraînés ensuite ont été contrôlés positifs. Il devient alors pour l’Humanité, Libération et Le Monde pour parler du Tour de France. Depuis 20 ans maintenant il se présente comme le pourfendeur de la triche sportive.

Source :http://www.cyclisme-dopage.com/portraits/vayer.html

Concernant sa non mise en cause dans le dopage généralisé, cela ne l’empêche pas d’accuser souvent d’autres personnes accusées et blanchies ou acquittées par la justice comme le Dr Van Mol ou les managers Manolo Saiz ou Patrick Lefevere. La question des performances des grimpeurs de Festina comme Virenque, Dufaux ou Brochard sur les Contre-la-montres n’a jamais été abordée visiblement. La qualification de non dénonciation de crimes n’a pas été retenue contre Vayer bien qu’après le procès il ait subitement le courage de raconter les coulisses de l’équipe. (et d’avoir des propos ambigus sur sa propre relation: « jusqu’à la victoire de mon poulain Laurent Brochard […] j’étais contre le dopage »

Source :https://www.lematin.ch/sports/cyclisme/audessus-lois/story/17906156

Et enfin, le procès Festina ne semble pas avoir tout révélé.

En 2001, l’ex manager déchu Bruno Roussel publia un livre où il racontait, entre autres, comment ses coureurs Richard Virenque et Laurent Dufaux auraient chacun corrompu un rival pour pouvoir remporter une étape du Tour de France, événements graves qu’il n’avait pourtant jamais raconté durant l’instruction et qui étaient entre temps devenus prescrits, d’où l’impossibilité pour la justice de trancher dessus. C’est désormais parole contre parole entre Roussel et les coureurs concernés, mais cela n’empêche pas Antoine Vayer de reprendre l’histoire dans son magazine la Preuve par 21.

La principale théorie de Vayer est que le dopage est toujours bien implanté dans le Tour malgré les contrôles réguliers. En 1999, il dénonce déjà Lance Armstrong (qui venait d’insulter Bassons…) avant que celui-ci ne gagne son premier de 7 Tours de France d’affilés (record depuis retiré). Il accuse aussi d’autres coureurs tel son ancien client Richard Virenque et ses performances d’après sa suspension suite à l’affaire Festina. Parfois des coureurs qu’il pourfend se sont révélés être dopés mais pour beaucoup le flou demeure.  Il manque toujours de preuves matérielles pour corroborer ses dires mais cela ne dérange jamais ses partisans.

En plus des journaux et de ses propres publications, Vayer est très actif sur son compte twitter (plus de 40.000 tweets) appelé Festinaboy. Il se lâche dessus avec des réactions à chaud sur l’actualité cycliste, des accusations, des blagues, du « trollage », du photoshop de coureurs.

Souvent il s’en prend à des coureurs selon leur nationalité, par exemple les coureurs Colombiens à qui il reproche globalement de retourner dans leur pays dès que possible, selon lui pour aller se doper.

Source : https://www.lemonde.fr/tour-de-france/article/2016/07/19/le-tour-de-france-du-cycliste-masque-quintana-et-les-scarabees_4971633_1616918.html

Capture Twitter

(photoshop grossier par Vayer du vainqueur Colombien du Tour de France 2019 Egan Bernal).

Les rares coureurs qui trouvent grâce à ses yeux sont ceux de Bretagne, sa région d’adoption, plus quelques anciens clients tel Christophe Bassons (qui a escamoté un contrôle anti-dopage en 2012) et Jean-Christophe Péraud (2ème du Tour de France 2014 à la surprise générale, ayant 37 ans à ce moment et peu de références) et des favoris Français comme Thibaut Pinot et Guillaume Martin capables souvent de suivre les meilleurs coureurs suspects.

Source : http://www.cyclisme-dopage.com/portraits/bassons.html

Source :https://lecycle.fr/actualites/interview-jean-christophe-peraud-champion-exemplaire/7060/

Source :https://www.lepoint.fr/cyclisme/tour-de-france-chez-pinot-il-n-y-a-rien-de-suspect-tout-est-coherent-22-07-2019-2325973_3959.php

Source :http://www.slate.fr/story/195134/tour-de-france-2020-explication-records-ascension-covid-19-dopage-entrainement-hypoxie

Il est aussi très ami avec d’anciens coureurs dopés qui ont avoué depuis tel le vainqueur déchu du Tour de France 2006 Floyd Landis reconverti depuis dans la vente de cannabis dans le Colorado. Il a aussi accepté d’entraîné d’anciens coureurs suspendus et qui avaient été ostracisés par leur milieu.

Source :https://www.24heures.ch/sports/affaire-festina-jamais-jetee-oubliettes/story/26623611

Capture Twitter

Et enfin il continue d’entraîner des coureurs mais de manière assez confidentielle. Suite au documentaire Dopage ça roule toujours de Cash Investigation en juin 2016, on a appris que l’un des coureurs en caméra cachée, Pierre-Henri Le Cuisinier, était à la fois suivi par le sulfureux homéopathe Bernard Sainz dit Dr Mabuse, mais aussi entraîné par Antoine Vayer, en cachette de son équipe.

Source :https://www.liberation.fr/sports/2017/07/02/cyclisme-oui-j-ai-accepte-de-pieger-le-docteur-mabuse_1581096

Si Vayer est aussi peu apprécié par les équipes, ce n’est pas seulement suite à ses positions anti-dopage mais en raison des mises en causes de plusieurs de ses clients, comme par exemple Steve Houanard en 2012. Vayer se défendit lui-même en reconnaissant avoir plusieurs dopés parmi ses clients qu’il ne va pas dénoncer.. 

Source :http://www.cyclisme-dopage.com/actualite/2012-10-12-cyclisme-dopage.htm

Les enquêtes de Festinaboy

La grande activité d’Antoine Vayer consiste à jeter le trouble sur les performances actuelles. Il utilise différents biais possibles pour tenter de convaincre que tel coureur serait dopé et tel autre innocent. Le principal reste l’argument du bon sens populaire: ces coureurs vont bien trop vite, ils dépassent les records des tricheurs des années 90.

Capture France Info

Source :http://www.cyclisme-dopage.com/puissances/p138-141-cestquoileswatts.html

Bien sûr ces estimations ne prennent pas en compte les différents contextes de course, l’amélioration de l’entraînement, de l’aérodynamisme, la généralisation des « trains » de coureurs protégeant leur leader. Un des cas les plus grossiers est celui de l’ascension du Col de Marie-Blanque lors du Tour de France 2020 par Tadej Pogacar et Primoz Roglic entre autres, chronométrés plus rapidement que lors de l’ascension par Lance Armstrong en 2005. Exprimé comme cela, cela paraît suspect. Hors en voyant les profils des étapes on se rend compte que cette ascension était bien plus éloignée de l’arrivée et les enjeux bien différents. Pourtant cela n’a pas empêché certains journalistes de partager l’information sans prendre en compte ces éléments.

Source :https://www.procyclingstats.com/race/tour-de-france/2020/stage-9/today/profiles

Source :https://www.procyclingstats.com/race/tour-de-france/2005/stage-16/today/profiles

Mais la principale méthode d’Antoine Vayer est la mesure de la puissance des coureurs en Watts, au travers du visionnage par écrans interposés, alors que les coureurs disposent de capteurs posés sur les vélos mêmes. Mais il prétend avoir la même marge d’incertitude, à savoir 2% (qu’il mentionne rarement dans ses chroniques), sans connaître différentes variables tels le vent réel ou le poids du coureur durant l’ascension (donnée qui varie en raison de la déshydratation).

Source :https://www.lemonde.fr/sport/article/2013/07/19/pour-tout-comprendre-sur-le-calcul-des-watts_3450148_3242.html

Vayer a ainsi affirmé l’existence de seuils de Puissance qui, dépassés, prouveraient le dopage, mais il n’a jamais expliqué en quoi ils représenteraient des limites. Et souvent il critique des coureurs qu’il n’aime pas mais trouve raisonnables des performances similaires chez un autre, comme ici Primoz Roglic et Thibaut Pinot sur le Dauphiné Libéré en Août 2020, l’un le Slovène « Not Normal » et l’autre le Français qui a beaucoup moins de palmarès « proche de son meilleur niveau » pour arriver une poignée de secondes seulement derrière…


Son calcul de la puissance des Watts n’a jamais été publié dans une revue scientifique, mais dans un magazine édité par lui-même. Après des années à dire qu’il attendait que des scientifiques viennent le voir pour évaluer sa méthode, désormais lui et ses amis bottent en touche quand on évoque ce sujet.

(Capture d’écran d’un thread twitter datant de Mars 2019)

Dans son magazine auto-édité, La Preuve par 21, sorti en 2013, Vayer et ses collaborateurs, en particulier le médecin médiatique Jean-Pierre De Mondenard et l’auteur du site cyclisme-dopage épinglé par la CNIL Stéphane Huby, prétendent analyser les performances de plusieurs coureurs mais plusieurs de ces chroniques souffrent d’erreurs factuelles sur les palmarès et de gros biais en plus de l’absence de validité scientifique de ses propres mesures.

(Extrait de La Preuve par 21, Alternativ Editions, page 67)

Entre autres, Vayer reprend l’affirmation du Docteur Patrick Nédelec durant l’instruction de l’affaire Festina comme quoi le coureur cycliste Laurent Jalabert suite à un contrôle anti dopage positif sur le Dauphiné 96. Mais ce Dr Nédelec ne s’occupait plus cette année de contrôles mais était lui-même dans la tourmente pour une autre affaire de dopage. Bien sûr il n’y a eu aucune suite à cette histoire mais Vayer l’a reprise quand même.

Malheureusement le Docteur Nédelec est décédé récemment sans avoir pu me répondre et réagir à l’utilisation de ses propos par Vayer.

Source :https://www.lexpress.fr/actualite/societe/sante/une-nouvelle-affaire-menace-le-cyclisme_494220.html

Loin de moi l’idée de défendre absolument l’équipe Once et Laurent Jalabert, mais ce court extrait parmi tant d’autres contient de nombreuses autres erreurs.

Laurent Jalabert a rejoint la Once pour l’année 1992 et non 1991.

Source :https://www.lequipe.fr/Cyclisme/CyclismeFicheCoureur160.html

Hors en 1992 le Dr Fuentes a quitté la Once pour une autre équipe espagnole.

Source :http://www.cyclisme-dopage.com/breves/breves-1992-05-13-lexpress.html

Jalabert était perçu comme un sprinteur pendant ses premières années mais il avait aussi des bons résultats dans les Courses par Étapes. Comment être surpris qu’un coureur remporte Paris-Nice s’il a déjà été 2ème par le passé?

Source :https://www.procyclingstats.com/race/paris-nice/1991/gc

Surtout que la rédaction de Sean Kelly provient d’un article de l’Équipe daté de fin juin 1995 et qui semble concerner les autres victoires du coureur Mazamétain.

Source :http://www.cyclisme-dopage.com/portraits/jalabert.html

Enfin Manolo Saiz a été acquitté par la justice espagnole pour les faits qui lui étaient reprochés dans l’affaire Puerto.

Source :https://sportmagazine.levif.be/sport/cyclisme/affaire-puerto-fuentes-condamne-a-un-an-de-prison-saiz-acquitte/article-normal-258473.html?

Hors Vayer a souvent retouché la version numérique de son magazine (que j’utilise) mais n’a pas voulu rajouter ce fait établi.

Ce magazine commercialisé de plus d’une centaine de pages est ainsi rempli en grande partie de “faits alternatifs” qui nécessiterait un long dossier pour en démontrer les nombreuses erreurs.

Il bénéficierait aussi de confessions telle celle du mystérieux Cycliste Masqué, présenté par l’éditeur Hugo Sports comme ayant « participé avec succès à plus de 15 grands Tours (France, Italie, Espagne), à toutes les plus grandes classiques, et aux J.O. » Mais beaucoup de lecteurs et de chroniqueurs ont noté que ce Cycliste, en plus d’avoir un parcours atypique qui ne correspond à aucun coureur connu, écrivait énormément comme Vayer, par exemple rappelant des anecdotes des années 90 alors qu’il est censé avoir commencé sa carrière au début des années 2000. C’est d’autant plus troublant que dans ses chroniques journalistiques Vayer se mettait dans la peau de personnages tel le cycliste de fiction Philippe Dutonnerre pour Libération en 2008. En clair, le Cycliste Masqué est considéré comme un double de Vayer.

Vayer, les Quick-Step et les femmes

En 2001, après sa suspension suite au jugement de l’affaire Festina, Richard Virenque signait dans l’équipe Belge Domo de Patrick Lefevere devenue depuis Quick Step. Malgré des résultats plus modestes que du temps de Festina, il fut critiqué encore par son ancien entraîneur.

Depuis quelques années, Vayer s’en est pris au nouveau champion Français de l’équipe de Patrick Lefevere, Julian Alaphilippe. En 2019, il critique dans le Monde ses performances sur le Tour avant de revoir un peu sa position quand le numéro 1 mondial de l’époque craque dans les dernières étapes de montagne et perd son maillot jaune.

Mais il continue à persifler contre Lefevere et le médecin de l’équipe Yvon Van Mol malgré que ceux-ci aient remporté un procès contre des journalistes les accusant:

Source :https://www.7sur7.be/cyclisme/patrick-lefevere-gagne-son-proces-contre-hln~a610a0d1/

Signe d’un combat personnel, Vayer aime bien retweeter régulièrement une réponse publique de la part de Lefevere : « Fuck you looser »

(Un des nombreux repartages du tweet par Vayer, ici après la perte du maillot jaune d’Alaphilippe)


Pendant l’été 2019, un nouveau scandale de dopage apparaît quand la coureuse cycliste Marion Sicot est contrôlée positive à l’EPO aux championnats de France Féminins. Vayer profite du fait qu’elle soit entraînée par Frank Alaphilippe, le cousin de Julian, pour l’attaquer brutalement.

(Captures d’écran datant de septembre 2019 et Mars 2020 sur le cas Sicot. Ophélie Boxberger est une athlète mise en cause dans une autre affaire qui a subi de nombreux tweets similaires dans l’idée de la faire « dire la vérité »)

Après de nombreuses sollicitations, Sicot accepte de rencontrer Vayer et va désormais confesser avoir pris une dose d’EPO commandée en ligne. Mais Frank Alaphilippe n’est pas en cause en fait. C’est le manager de Sicot qui est finalement accusé par la jeune femme, relayée par Vayer et les relations de ce dernier, de l’avoir poussée à se doper à force de lui demander des photos d’elle en sosu-vêtements.

Source :http://www.cyclisme-dopage.com/actualite/2020-04-01-cyclisme-dopage-com.html

Cette histoire, qui est désormais aux mains de la justice, a servi a redoré un peu l’image de Vayer qui entre deux posts de « soutien » à Marion Sicot aime bien publier des photos de sportif.ve.s dénudé.e.s, comme les photos demandées par le manager à la coureuse, sur son propre compte twitter.

Vayer va défendre Sicot au point d’insulter et d’accuser la championne du monde Pauline Ferrand Prevot pour avoir… dénoncé le scandale de dopage (et sans troller). Au contraire de nombre d’autres tweets, Vayer écrit en anglais pour parler d’une affaire franco-française et sans taguer Ferrand Prevot. Comme s’il ne voulait pas qu’elle remarque ce tweet?

Vayer publie aussi très souvent des tweets sur les femmes en général qui posent question. Voici quelques échantillons.

Durant le Tour de France 2020, Vayer est censé publier des chroniques pour le journal l’Humanité, illustrées par le dessinateur Espé. Mais la collaboration tourne court après la publication d’une illustration montrant le coureur Julian Alaphilippe et sa compagne Marion Rousse dans le même lit, et présentant la jeune femme de manière dénudée. 

Voici comment Vayer avait présenté la chose le matin de la publication le dimanche 6 septembre.

Ce n’est pas un dérapage isolé, mais la continuité d’une longue série de tweets commentant la vie privée des deux amoureux, entre la star du cyclisme masculin et l’ex championne de France de cyclisme reconvertie en consultante télé.

Vayer sous-entend que la consultante Rousse ne pourrait être objective en parlant de son compagnon, sans argumentation.

Voici la photo complète

Avant cela d’autres chroniques étaient déjà bien tendancieuses, comme ce dessin d’Espé décrivant le coureur Slovène Roglic comme un Vampire avec une syntaxe caricaturale. Ou un autre texte de Vayer dans le journal communiste ou il a rendu hommage à un écrivain notoirement d’extrême-droite.

Source :http://www.chronoswatts.com/news/147/

Marion Rousse et Elisa Madiot, nièce du célèbre manager Marc Madiot, avaient réagi sur twitter pour manifester leur dégoût. Et c’est l’Humanité qui a décidé en rédaction de cesser sa collaboration avec le chroniqueur et le journaliste. Mais Vayer prétend que ce sont ces femmes qui ont poussé à la censure et se victimise depuis, se comparant aux martyrs de Charlie. Une de ses stratégies de défense consistait à reprocher à Marion Rousse sa participation à une séance photo « sexy » et à répondre à Elisa Madiot sur des propos sexistes supposés de son oncle (mais son père) datant de 33 ans:

Bref, Vayer persiste à persifler. Lui et Espé se comparent à Charlie (avec des mentions régulières à Luz pour bien faire le parallèle avec son destin), victimes du « tribunal populaire » mais c’est ce qu’ils font tout le temps avec un paquet de cyclistes, non?

Source :https://www.ladepeche.fr/2020/09/22/espe-dun-coup-jai-ete-pendu-en-place-publique-9087946.php

Au passage Espé se place en victime qui aurait voulu calmé le jeu mais ne s’est pas désolidarisé des messages virulents portés par Vayer en son nom durant la soirée ou a éclaté la polémique.

Mais depuis ils ont continué sur deux sites amis. Et Espé continue à faire des caricatures pour se moquer des accusations de sexisme en faisant comme si ça n’avait jamais été son attention.

Au passage, Vayer a continué à s’en prendre à Julian Alaphilippe. Ce n’est pas fini. Pendant la rédaction de cet article, le jeudi 22 septembre Festinaboy a publié une vidéo amateur d’un spectateur du Tour de France montrant le coureur gravir un col de manière soudainement accélérée, suggérant l’utilisation d’un moteur électrique. Mais son audience s’est montrée suspicieuse vis-à-vis du son des encouragements aux alentours qui s’accélérait pareillement, laissant penser à un montage frauduleux quand d’autres ont rappelé que cette pente avait un replat qui expliquerait sa relance.

Vayer a alors supprimé la vidéo avant de la réuploader le lundi suivant, un jour après le sacre de ce même Alaphilippe au championnat du monde de cyclisme sur route (et après avoir fait un nouveau photoshop grossier du coureur et une connection avec Virenque, encore une fois). Cette fois-ci il est en mode interrogatif et prétend ne pas retrouver la source de l’envoyeur. Comme c’est pratique…

Encore une fois les réactions sont globalement dubitatives.

En s’intéressant à ce chroniqueur, on se rend compte que le personnage qu’il s’est créé est devenu problématique. Pour ses partisans acharnés, il reste un courageux pourfendeur du dopage, mais pour les autres il n’est devenu plus qu’un vulgaire troll au passé trouble qui distille son venin.

Aujourd’hui, il prétend être Charlie à cause d’un mauvais dessin… Mais la calomnie, les inepties, et autres insultes ne sont pas des valeurs positives. Cet article ne peut pas résumer toutes les polémiques de 25 ans de « carrière » autour du sport et plus de 40.000 tweets. Mais est-ce qu’une étude exhaustive ouvrirait les yeux de ses amis reporters comme Jean-Louis Le Touzet?

Source :https://blogs.mediapart.fr/jean-louis-le-touzet/blog/310820/drole-de-tour-etape-2-alaphilippe-et-le-dernier-des-parrains

La lutte contre le dopage est une cause digne, mais elle ne peut pas être prise en otage par des trolls et autres franchouillards qui n’expliquent l’absence de victoire Française depuis 1985 que par des présomptions de culpabilité automatiques contre les différents vainqueurs étrangers. Et pendant ce temps par exemple on ne parle pas de deux Français aux contrôles douteux sur le Tour en 2015 et 2017. Clément Guillou du Monde et ami de Vayer refuse de donner les noms alors qu’il a fait 6 articles différents sur un cas similaire concernant Chris Froome dont celui-ci a été blanchi au final au prix d’une longue bataille judiciaire et de harcèlement de la part de quelques hooligans.

https://www.lemonde.fr/blog-du-tour-de-france/article/2018/07/28/tour-de-france-pourquoi-l-on-ne-croit-plus-aux-miracles_5337062_5326505.html

Au passage Julian Alaphilippe n’avait pas participé à ces deux Tours.

Après il n’est pas question de jurer de l’innocence de tous les coureurs mis en cause. On peut s’interroger sur leurs perfs tout comme on peut aussi s’interroger sur la qualité des accusations portées contre eux sans se faire traiter de « complice » par des journalistes. Si des gens impliqués ont pu passer à travers les mailles de la justice, c’est peut-être que les convictions étaient trop fortes et les preuves trop faibles ?

Antoine Vayer s’est construit une carrière d’expert médiatique en faisant des sous-entendus et du trollage contre des sportifs mais il faudrait surtout se demander ce qu’il a apporté au cyclisme depuis toujours, en dehors de quelques dérapages, continuant à amener le scandale sur le Tour avec la même tenue que ses poulains il y a 22 ans.

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Actualités, enquêtes, opinions, divertissement

Ce site utilise des cookies afin d'améliorer votre navigation et analyser le trafic Accepter En savoir plus